vendredi 13 avril 2012

Ma copine triste, la suite.

Après mon histoire d'hier, on pourrait croire que je ne suis pas très douée pour consoler mes copines.

C'est peut-être vrai, consoler ce n'est pas mon truc, mais par contre je suis très forte pour voir les côtés positifs de toute situation difficile. Alors devant l'air contrit de ma copine, j'ai sorti les rames et l'artillerie lourde pour la faire rigoler et ce matin j'ai reçu ce mail :

- Merci Rosana, avec toi, il n'y a pas moyen de rester triste bien longtemps.

Mission accomplie.

4 commentaires:

Joan Durand a dit…

Elle a bien raison. Tu me consoles aussi, sans le savoir. Venir ici, c'est magique. Ce qui me fait rire, aussi, ce sont les mots qu'il faut taper pour laisser un commentaire. Aujourd'hui : epsern erats...

Rosana a dit…

Joan, il fut un temps où ma copine Sylla écrivait ces mots codés, je ne sais pas d'où ça sort, le tien fait un peu latin. J'aime aussi passer chez toi, tu le sais. Surtout fais moi signe si vous venez par chez nous, on a 4 guitares, il y aura de quoi s'amuser.

Joan Durand a dit…

Je ne joue pas, mais je suis entourée de musiciens. :-)

Rosana a dit…

Joan : alors amène les avec toi, tu pourras toujours chanter.