mardi 11 septembre 2012

Western

J'ai toujours aimé les westerns. Les méchants sont punis à la fin. Petite, je trouvais les amis des méchants très bêtes, tellement il était évident qu'ils allaient se faire trahir et puis punir à la fin.

Dans le "chantier-western" de mon boulot depuis la rentrée, je suis flattée que ce soit les gentils qui tentent de faire alliance avec moi.

On peut me demander (gentiment) comment je reconnais les gentils.

D'abord, ils sont la plupart du temps du même avis que moi (ha-ha-ha), ou sinon, on peut discuter et on trouve toujours un terrain d'entente.

Mais surtout, surtout, je sais reconnaître les méchants.

D'abord, avant de me parler, ils s'approchent de moi avec un compliment : elles sont belles tes chaussures, t'es élégante, etc (beurk). Après, ils disent des horreurs sur tout le monde, y compris leurs alliés.

Et puis ils ont le regard torve et fuyant.

J'aimerais que comme dans les westerns de quand j'étais petite, (parce que maintenant les vrais méchants et les vrais gentils, c'est plus compliqué à reconnaître), ce soit les gentils qui gagnent.

2 commentaires:

Sylla a dit…

Oui, mais dans les western il y a parfois des gentils de seconde zone qui se font tuer et il n'y a que le héros qui survivent même tout seul... I'm a poor lonesome cow-boy, you know ?

Rosana a dit…

Ebé Lucky Luke-Sylla, tu m'as mélangé mes repères, chuis perdue!