samedi 18 mai 2013

Le retour

Bien sûr, je savais qui était Mauras quand la radio a annoncé que le gouvernement projetait de le supprimer de la constitution.
 
J'ignorais par contre que, comme Vidal et Bescherelle, il avait donné son nom à un ouvrage de référence : le Vidal, le Bescherelle, le Mauras ...
 
. Ce qui m'a étonnée, ce n'est pas de l'ignorer, mais que France Infos n'explique pas ce qu'il y avait dans le Mauras, j'ai donc imaginé qu'on le supprimait parce qu'il était trop de droite pour un gouvernement de gauche.
 
. Ce qui m'a fait drôlement rigoler toute seule dans le métro, c'est quand j'ai lu sur le journal que le projet était de supprimer le mot race.
 
Il y a des matins où je m'aime bien.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

aaahhhh ben c'est pas dommage! et très drôle en plus mamoune!

C

Rosana a dit…

Merci princesse, je vais essayer de m'y remettre.

Joan Durand a dit…

Je me demandais, aussi, comment on pouvait supprimer quelqu'un d'une constitution (déformation professionnelle, je suppose). Très drôle, ton histoire! Ça me fait penser au petit garçon, le fils d'un humoriste québécois, qui ne voulait pas prendre l'autobus colère... :-)

Anonyme a dit…

L'autobus colère ! alors là j'aime beaucoup :-)))

Rosana