mercredi 22 janvier 2014

Malgré moi


Cela faisait un petit moment que mon boss m'expliquait combien les uns et les autres étaient "c*ns", quand, histoire de passer à autre chose, j'ai dit :
 
- oh tu sais, on est tous le c*n de quelqu'un
 
Comme c'est un dégonflé il n'a rien dit, mais j'ai bien vu à sa tête qu'il n'avait pas tellement aimé.
 
En fait, je ne voulais pas sous-entendre quoi que ce soit.
 
Mais parfois, le monstrenmoi pense tout seul.
 
Et je n'arrive pas à le cacher, à le faire taire.
 
 
 

vendredi 17 janvier 2014

Lol

Depuis que Sergueï a eu son infarctus, la pharmacienne l'accueille avec un air gourmand tous les mois. C'est flippant de la voir s'accouder au comptoir, se lécher les babines et lui demander des nouvelles de sa santé, pendant que l'apprentie prépare les médicaments.
 
J'y suis allée cet après midi chercher du paracétamol ... beaucoup moins palpitant.
 
Elle est quand même remontée du fond du magasin, me souhaiter, d'un air pénétré :
 
- Bonne année madame Sergueï, et surtout bonne santééééééé, hein !
 
Moi j'avais oublié, l'infarctus de Sergueï, alors je lui réponds que oui-oui, je vais bien, je renouvelle juste mon stock de doliprane.
 
Elle a pris un ton menaçant : enfin quand même, vous avez pris un coup après ce qui est arrivé à votre mari.
(elle est folle, celle-là?)
- oh ben non, moi ça va, et Sergueï aussi,  il n'a jamais été aussi bien vous savez
 
- c'est vrai, il est sportif, on voit bien comme il est svelte et musclé ...
 
L'apprentie ouvrait de grands yeux ébahis, et moi j'ai pensé que notre vieille et grosse pharmacienne était tombée amoureuse de mon Sergueï.
 
LoL