jeudi 31 mai 2012

Portraits



J'ai fait du tri dans mes papiers et j'ai retrouvé ces dessins.
Ma princesse était assise en face de moi.
Je dessinais mon reflet dans un miroir.
Elle-même me dessinait en train de me dessiner.

J'adore son dessin (devinez lequel).


mercredi 30 mai 2012

Il fait chaud...

Quand j'étais petite, ma mère disait que j'attirais les cinglés.

Je venais de quitter ma princesse et je partais pour l'apéro du mercredi quand une voix m'interpelle : "Bonjour, ... ohé, bonjour".

Je réponds machinalement bonjour et mon regard tombe sur un jeune homme tout nu. En plein Toulouse. Il ajoute, l'air amusé : "je peux vous accompagner un bout de chemin ?".

Mon premier réflexe a été de regarder autour de moi s'il y avait du monde. Il y en avait, ouf. Alors je lui ai répondu que je n'avais pas très envie de marcher à côté d'un monsieur tout nu et j'ai pressé le pas.

Quand même, je n'en reviens toujours pas.

(Pour ceux que ça intéresse, ça se passait à 18h45, en haut de l'avenue du cimetière ; le jeune homme était plutôt bien de sa personne, la trentaine, avec un air d'enfant de dieu illuminé de l'intérieur et un peu famélique.)



mardi 29 mai 2012

La la la ...

Quand ma chorale a décidé de faire un spectacle de fin d'année, j'ai timidement objecté que peut-être on ne serait pas là, qu'on avait des trucs à faire, et qu'en plus ...

La prof m'a coupée : "Bon, toi on s'en fiche mais Sergueï, c'est obligé qu'il soit là".
(en vrai, elle l'a dit plus gentiment, mais c'est bien ce que ça voulait dire)

Du coup, pour me venger, j'ai chanté le plus fort possible.

On a quand même été très applaudis. Et même on a eu un rappel.

L'année prochaine, j'amène des photos et un stylo pour signer des autographes.

mercredi 23 mai 2012

Glou-glou

Mon amie Zani m'a fait découvrir il y a quelques années une chose formidable : la Piña Colada.

On en a testé plusieurs et la meilleure, c'est celle du Glou-glou café.

La plupart du temps, c'est elle qui paie les tournées : "Rosana, il faut savoir accepter les cadeaux".
(Peut-être qu'elle se sent responsable de notre consommation - impossible de n'en boire qu'une.)

Alors je me laisse faire.

Le cadeau qu'elle m'a fait juste après, la dernière fois, m'a fait beaucoup rigoler :

"Tu sais, avec Pierre (c'est son mari), on trouve qu'on a très bien réussi les enfants de nos amis".

La prochaine tournée, c'est pour moi.

mardi 22 mai 2012

Je sors de chez le coiffeur.

Je ne ressemble plus à un playmobil.

Le premier qui dit que je ressemble à un pokemon je lui arrache la tête.

lundi 21 mai 2012

Il m'est tombé tellement de pluie dessus depuis jeudi dernier que je sens la pointe de mes cheveux et de mes pieds moisir petit à petit ...

mardi 15 mai 2012

La réaction de mon directeur à mon commentaire de fin de rapport m'a laissée perplexe.
(voir mon avant-dernière histoire, désolée, je ne sais pas faire les liens)

"Rosana a raison, je vais trop vite, il faut que je fasse un effort pour me mettre à votre niveau, développer ma pédagogie, rester à votre portée."

Soit :
  - il a pris au premier degré mon aveu de manque d'intelligence.
Soit :
  - il est encore plus marrant que moi.


Dans les deux cas, il y a de quoi être un peu vexée.

Quand même, je suis contente qu'il ne se soit pas mis en colère.

(je n'ose pas imaginer le savon de Zbb dans la même situation)

jeudi 10 mai 2012

L'ami américain

En quittant le Galuchat ce soir, le client américain de la crêperie m'interpelle : aoh, you know ? your daughter is a great person.

Comme je n'ai peur de rien, et malgré mon anglais très approximatif, j'ai répondu du tac au tac : Oh no, you're wrong, she's a little person, parce qu'elle est toute petite comme moi.

J'ai lu dans son regard un grand désarroi. Puis il m'a répondu : I love Caroline (c'est le seul mot qu'il sait prononcer en français, il ne dit pas Carolaïne, mais Caroline, c'est un bel effort).

Depuis qu'il lui a ramené un petit cadeau des Etats Unis pour son anniversaire, ma princesse le regarde de travers : "il est dingue ce mec, il se rappelle de mon anniversaire, ça fait flipper". Alors quand il m'a dit qu'il la "lovait", je me suis imaginée deux secondes m'asseoir à sa table pour lui expliquer que ce serait mieux de la "liker" que de la "lover".

Mais il a profité de mon hésitation pour ajouter que c'était une jeune fille fantastique (amazing?). J'ai répondu : I know, I did her, and I am proud of it.

Je voulais dire que j'étais bien placée pour le savoir parce que c'est moi qu'il l'avait fait et que j'en étais très fière.
 
Il a fallu que je répète trois fois et je ne suis pas sûre qu'il ait compris.
SOS, mes copines Sylla et Joan, j'aurais du dire comment ?

PS : Princesse, flippe pas, il n'a pas l'air méchant, c'est normal qu'il te trouve super chouette, et puis les américains ont l'habitude de s'exprimer plus facilement que nous (enfin, j'imagine).


mercredi 9 mai 2012

Cui-Cui

Ma méthode pour échapper aux diverses tentatives de manipulation de mes collègues psys ou éducs : accorder plus d'importance à ce qui se dit ou s'écrit qu'à ce qui (soi-disant) se pense ou se trame.

Impossible de m'amener sur le terrain de l'intrigue et du sous-entendu.

L'inconvénient, c'est que parfois, le directeur me reproche mon manque d'intelligence. Depuis bientôt vingt ans, cela me fait sourire. Et comme je m'en sors plutôt mieux que les autres, je continue.

Quelle mouche m'a piquée lundi ?

J'ai conclu un rapport qu'il m'avait demandé par ce commentaire :

"En ce qui concerne mon "manque d'intelligence" et ma "naïveté" que tu as évoqués ce matin, je t'avoue (naïvement?) qu'il m'arrive d'avoir des doutes à ce sujet. Cela dit, quand je vois ce que font de leurs certitudes les personnes très intelligentes, j'aime autant être bête."

Héhé, moi ça me fait rigoler.

Lui, pas trop.

mercredi 2 mai 2012

Cheveux

Mon dernier passage sous les ciseaux du coiffeur date du 17 avril. J'avais envie de changer.

Mais pas en plus moche.

J'ai tenu deux semaines avant de recouper quelques mèches. Comme j'ai un peu raté, Sergueï a recoupé pour égaliser. C'est fou le nombre de cheveux que j'ai sur la tête.

Maintenant je ressemble à un Playmobil.